A Tahiti, les inondations de ces dernières heures ont détruit ou inondé plus de 800 habitations après que de fortes intempéries se soient abattues sur les îles-du-Vent dimanche 22 janvier.

Un bilan qui pourrait s’alourdir.

C’est le haut-commissariat de la République en Polynésie française qui a indiqué le 24 janvier que la région avait été touchée de plein fouet par ces fortes pluies. Le directeur du cabinet de ce dernier, Frédéric Poisot, a signalé que 4 000 personnes étaient directement touchées par ces dégâts, personnes réparties sur 800 à 900 habitations au total. Et dans ce « bilan encore provisoire », le haut-commissariat a recensé 4 blessés (dont un dans un état grave) et au moins 5 ponts complètement détruits. Le fait que le bilan soit provisoire n’augure en plus rien de bon, puisqu’il pourrait s’alourdir au cours de la journée.

Dès le lendemain de la catastrophe, des Polynésiens ont entrepris de nettoyer les tonnes de boue dans les communes touchées. D’après les rapports officiels, il est tombé 200 millimètres d’eau dans certaines communes en seulement 6 heures, ce qui a naturellement contribué à aggraver les choses.

Une réaction prompte et salutaire de tous les corps de métier.

Mis au courant de la situation, le ministre des Outre-mer Ericka Bareigts a débloqué d’urgence une aide de 200 000 euros pour parer au plus pressé. Les personnes ayant besoin de secours de première nécessité seront donc rapidement prises en charge. Dans le même temps, les sinistrés pourront demander une aide au fonds de secours du ministère dirigé par Mme Bareigts.

Déjà, le gouvernement de la Polynésie Française avait déclaré la collectivité en « état de calamité naturelle » ce dimanche. Les agents des communes se sont immédiatement mobilisées, et ont porté assistance aux personnes sinistrées avec le concours des militaires, de bénévoles et d’autres agents du ministère de l’équipement local. Même si nombre de personnes sinistrées ont tout perdu, elles ont apprécié ce soutien sans lequel le pire serait peut-être arrivé. Par ailleurs, la direction de la santé de Tahiti a mis en garde les habitants de l’île contre le développement des cas de leptospirose. Cette maladie est provoquée par des bactéries qui prolifèrent dans l’eau et la boue souillées par les urines de différentes bêtes domestique ou d’élevage.

Les écoles n’ont pas été épargnées par cette catastrophe. C’est ce qui explique que les écoles de Moorea et Tahiti ait fermé lundi. De nombreux parents d’élèves se sont portés volontaires pour nettoyer les classes inondées. En attendant, plusieurs écoles et deux lycées de Tahiti resteront fermées jusqu’à nouvel ordre. Les habitants se réjouissent néanmoins de ce que les 2 villes soient repassées en vigilance jaune après 2 jours de vigilance Orange.

En savoir plus sur cette actualité :

Laissez une réponse

Please enter your comment!
Please enter your name here